Circulaire en date du 19 novembre 2003

de Monsieur Gérard BLANCHARD,

Inspecteur d'Académie à Nice  


Adressée aux Directeurs d'écoles, psychologues scolaires, Inspecteurs de circonscriptions, principaux de collèges, directeurs de C.I.O., conseillers d'orientation - psychologues.

L'école est sollicitée chaque année par des parents qui souhaitent que leurs enfants parcourent leur scolarité plus rapidement que ne le prévoit l'organisation type du cursus scolaire.   Nous faisons de notre côté le constat que certains élèves sont en situation d'échec alors que leurs potentialités intellectuelles sont importantes.   Ces deux observations soulignent la difficulté à répondre aux besoins de tous les élèves, à prendre en compte réellement leur diversité.   Malgré tous les efforts mis en oeuvre, l'École fonctionne parfois comme si les élèves répondaient à un standard unique auquel dérogeraient seulement ceux dits déficients intellectuels.

Or certains élèves ne trouvent pas toujours dans la classe correspondant à leur âge les activités qui correspondent à ce qu'ils peuvent faire, ce qui peut les amener à se résigner et à perdre tout intérêt pour les activités scolaires.

Leur ennui peut alors se traduire par de l'instabilité ou de la passivité, et leur comportement peut s'apparenter à celui d'élèves en difficulté ; en fait, certains élèves sont prêts plus tôt que d'autres à aborder divers apprentissages : très vite, ils trouvent des réponses à des situations pourtant complexes et réussissent souvent à en inventer de nouvelles en réponse à un besoin permanent d'apprendre et de se confronter à la difficulté. Ces élèves doivent trouver à l'école des réponses appropriées à leur situation de « différence. »

Comment procéder ?

    En premier lieu LES REPÉRER.

Toutes les situations d'évaluation qui mettent en évidence la COEXISTENCE de DIFFICULTÉS et de RÉUSSITES remarquables doivent attirer l'attention dès l'école maternelle.

Un déséquilibre entre des potentialités supérieures à la moyenne manifestées dans certaines situations (lecture, langue, mémoire) ET des insuffisances marquées par exemple en écriture, présentation des devoirs, savoir-faire pratiques, AINSI QUE des difficultés dans l'organisation du travail, les activités physiques, la relation à l'autre doivent constituer des signaux d'alerte nécessitant de solliciter l'aide des psychologues scolaires et plus tard des conseillers d'orientation - psychologues.

   Ensuite mettre en oeuvre des PARCOURS INDIVIDUALISES conformément aux textes en vigueur.

- en utilisant pleinement les possibilités offertes par l'organisation par CYCLES pour adapter le parcours à leurs rythmes d'apprentissage (réduction de durée d'un cycle à l'école primaire et au collège) et en tirant profit des CLASSES A PLUSIEURS NIVEAUX,

- en aménageant le temps scolaire et en tirant parti des NOUVEAUX DISPOSITIFS comme les itinéraires de découverte, les programmes personnalisés d'aide et de progrès pour favoriser l'enrichissement du parcours, en utilisant les TECHNOLOGIES MODERNES de l'information et de la communication pour placer l'élève en position de recherche et d'apprentissage.

L'implication de tous les acteurs : enseignants, membres des réseaux d'aide (RASED), médecins scolaires, etc., est nécessaire pour prévenir les difficultés scolaires auxquelles certains de ces enfants sont exposés.

De même l'accueil et l'accompagnement des familles est indispensable pour ouvrir un dialogue approfondi notamment lors des différentes étapes de la scolarité.

Je vous remercie de votre collaboration.

Gérard BLANCHARD - 19/11/2003